FANDOM


Karadoc

Nom : Karadoc

image :
Karadoc

Karadoc

Nom original : Karadoc de Vannes

Surnom : Kroc (famille)

Région natale : Vannes

Genre : Homme

Cheveux : Bruns

Yeux : Bruns

Activité : Chevalier de la Table Ronde Régent du royaume de Bretagne (Livre V) Co-fondateur du clan des Semi-croustillants

Vocabulaire : Limité

Culture Générale : Pauvre

Famille :

Première apparition : Dies Irae (Court-métrage)

Dernière apparition : Dies Irae (Livre VI)

Phrase récurrente : Voir Karadoc (citations)

Joué par : Jean-Christophe Hembert


Karadoc de Vannes est un personnage de la série Kaamelott. Il est, comme Perceval un chevalier d’extraction modeste anobli par le roi Arthur (L’Approbation). Il est marié à Mevanwi et père de plusieurs enfants en bas âge.Il est le créateur, avec Perceval, du clan autonome des semi-croustillants.

45
Le gras,c'est la vie .
— Philosophie de Karadoc

Caractère Modifier

45
La joie de vivre est le jambon !
— Karadoc parlant de sa vision du bonheur

La grande passion de Karadoc est invariablement la nourriture; il considère sa bouche comme son outil de travail (Arthur in love II). Il prendrait onze collations par jour, nuits comprises (Corpore sano), chacune équivalente au repas de trois personnes (La Restriction), et garde de quoi survivre plusieurs jours dans son lit (La Chambre de la reine). Si personne ne songe à lui demander le moindre conseil de nature militaire, tous reconnaissent néanmoins son expertise en matière culinaire, et Arthur fait appel à lui lorsque confronté à ce genre de questions (Le Pain, Spiritueux). Karadoc aurait ainsi inventé le croque-monsieur pour en faire le plat national de la Bretagne "Le Plat National", ou alors pour la question du pain de Guethenoc qui est le plus mauvais de Bretagne d'où la qualification qu'en fait Karadoc "c'est d'la merde" . Il aurait « autant de flair qu’un cochon truffier » d’après Bohort "Le Petit Poucet" et peut reconnaître sans faillir quel type de viande est rôtie rien qu’à l’odeur (Patience Dans La Plaine, Le Magnanime). Cet amour démesuré pour la nourriture est dû à son passé : dans le livre VI il est fait prisonnier par les romains et reste sans manger pendant plus d'une semaine. Son coéquipier de l'époque, Lan, est pendu par ses bourreaux.

Karadoc est généralement d’humeur égale et débonnaire, prenant rarement quoi que ce soit au sérieux ou au tragique. Il est rare qu’il s’énerve ou agisse de manière émotive, excepté encore une fois lorsque de la nourriture est concernée. Il peut alors devenir hystérique si on menace de le priver (La Restriction) et très inventif pour éviter cela (La Restriction II). Karadoc peut également se montrer agressif confronté à du gaspillage (La Grande Bataille) ou extrêmement déterminé face à l’opportunité de victuailles à volonté (La Corne d’abondance).

Relations avec Perceval Modifier

Karadoc est le meilleur ami de Perceval, et guère plus intelligent. Il partage les mêmes problèmes de vocabulaire que le chevalier du Pays de Galles, ne comprenant rien aux expressions imagées et confondant tous les mots un peu compliqués – ce qui ne le dissuade pas de les utiliser à tort et à travers. Il est l’inventeur de la « botte secrète », qui consiste à répondre « C’est pas faux ! » lorsque la conversation lui échappe (La Botte secrète, La Botte secrète II).

Karadoc et Perceval sont quasiment inséparables, accomplissant (ou plus exactement, ratant) la majorité de leurs missions ensemble. Surtout, ils passent beaucoup de temps à la taverne à boire et à s’empiffrer – au grand dam d’Arthur, qui objecte sérieusement à ce que ses chevaliers soient des alcooliques invétérés. Il est rare de voir Karadoc et Perceval se disputer (Choc frontal, Le Repos du guerrier II, Les Dauphins, Les Aquitains, Perceval de Sinope, La Promesse), et même dans ce cas ils sont prompts à se réconcilier. Si on a le malheur de les laisser partir dans leurs délires, cela peut mener à des situations extrêmement surréalistes (''Les Alchimistes'', Poltergeist, Les Pisteurs…).

Karadoc croit dur comme fer avoir développé, avec Perceval, une méthode de combat révolutionnaire et infaillible – quoique trop technique pour être enseignée ou réellement appréciée par les autres chevaliers (Unagi I à IV) - comportant des disciplines telles que le combat au ralenti et la casse de plaques à main nue, le combat en fermant les yeux ainsi que le combat avec des légumes. Le fait que le roi Arthur puisse les battre n’importe quand – les yeux fermés et une main attachée dans le dos – est systématiquement ignoré par Karadoc, dont rien ne semble pouvoir dissiper les illusions. Malgré cela, lui et Perceval évitent soigneusement de s’exposer au moindre danger, non pas par peur de se faire mal, comme Bohort, mais au contraire parce qu'ils estiment que leurs différentes techniques de combat ultra-innovantes ne sont pas assez perfectionnées pour pouvoir être testées sur le terrain (Unagi III).

Livre IV Modifier

Dans le Livre IV, Karadoc accepte de bonne grâce l’idée d’échanger son épouse avec Guenièvre, selon une tradition de Vannes, trop content d’échapper à un duel à mort avec le roi (Duel 2e partie). Il ne réalise pas, du moins au début, que Lancelot n’a aucune intention de lui laisser récupérer sa nouvelle femme. Lassé d’être régulièrement refoulé à l’entrée du camp séparatiste (Les Tacticiens), Karadoc finira par demander à Arthur d’invalider l’échange – ce à quoi le roi consent (Le Vice de forme). Il partira fonder un clan autonome durant le livre V avec Perceval (le « clan des semi-croustillants »). L'idée de fonder un clan autonome leur était déjà venue mais les deux compères s'étaient découragés devant la complexité administrative que cela pouvait représenter car d'après Karadoc, il leur aurait fallu « signer des trucs ».

Acceptant de faire des enfants avec sa femme « parce qu'il faut bien les faire », il est le plus souvent dégoûté par les choses de l'amour (Alone in the Dark II).

Livre V Modifier

Dans les derniers épisodes du Livre V, sa femme Dame Mevanwi, en usant de tous ses charmes auprès du Jurisconsulte de passage au château (et manipulé par elle), parvient à détruire magiquement le document annulant "l'échange d'épouse" entre Arthur-Guenièvre et Karadoc-Dame Mevanwi. Ainsi, elle redevient officiellement femme d'Arthur (qui a déjà abandonné son trône), et de fait, c'est à elle que revient le pouvoir de nommer le régent mâle du Royaume de Bretagne, jusqu'à ce que soit retiré de nouveau Excalibur du Rocher.

Ainsi, elle nomme son ex-mari Karadoc Roi de Bretagne en lieu et place de Léodagan, auparavant nommé par Guenièvre. celui-ci le demeurera à la clôture du Livre V, avant d'insister auprès d'Arthur pour lui rendre son pouvoir, juste parce que ça le "gonfle" d'être Roi. Arthur - alité après sa tentative de suicide - accepte, pour rendre service à son ancien chevalier (Épisode 9 du Livre VI).